Corpus grec


Au VIe siècle, les historiens et chronographes grecs byzantins sont souvent des contemporains, et parfois des témoins oculaires, des événements survenus dans l’empire sassanide à l’époque de Husraw Ier; à l’inverse, la littérature latine a  produit des auteurs de qualité mais qui sont restés silencieux sur l’Iran sassanide. Il n’existe à ce jour aucune exploitation systématique des données de ces sources grecques en visée comparative avec d’autres corpus de sources contemporaines ou relatives à ce règne. Le moteur de recherche mis en place dans ce programme permet de croiser les informations en matière de toponymie, d’anthroponymie et d’administration de ce corpus, en interne ou avec les cinq autres corpus.

L’œuvre des historiens les plus importants et les plus connus (Procope de Césarée et Agathias de Myrina qui avait pris sa suite) a déjà été bien étudié, mais d’autres — récemment (re)traduits et édités — mériteraient une analyse plus approfondie. À côté de ces documents historiographiques, il faut faire une place à part, pour le règne de Husraw, à plusieurs textes chrétiens qui offrent un intérêt parfois de premier plan :

  • L’Histoire de Šīrēn (BHG 1637), originellement rédigé en syriaque et qui nous est resté dans une traduction grecque. Le récit se rapporte à la conversion d’une jeune perse, zoroastrienne devenue chrétienne, et livrée par son père aux chefs des mages qui organisent localement un procès à Karkā dans le Bēth-Garmaï, avant de soumettre son cas à Husraw Ier alors en déplacement au Bēth-Madāyē d’abord, puis en Bēth-Hūzāyē ; elle fut mise à mort en 559.
  • Le De gestis in Perside (CPG III 6968). Il n’existait jusqu’à ces dernières années que des traductions modernes partielles du texte. P. Bringel effectue une nouvelle édition du texte grec complet de la polémique à partir du manuscrit de Munich 467 (C). Ce récit met en scène une fiction ayant pour cadre la cour du roi de Perse : une polémique religieuse entre des païens, des juifs et des chrétiens sous l’arbitrage d’un philosophe nommé Aphroditien. L’auteur n’exclut pas derrière cette mise en scène une description de la cour de Husraw Ier.
    Traduction inédite du De Gestis in Perside par Pauline BRINGEL: cliquer ici.


De gestis in Perside

De gestis in Perside

L'auteur du De gestis in Perside, rédigé en grec, met en scène une controverse religieuse fictive entre des païens, des juifs et des chrétiens à la cour d'un roi de Perse. Un philosophe, du nom d'Aphroditien, fait figure d'arbitre devant le souverain qu'on a pu identifier à Husraw Ier.


Histoire de Šīrēn

Histoire de Šīrēn

Šīrēn est une jeune femme originaire de la ville de Karkā d-Bēth-Slokh (la moderne Kirkouk), zoroastrienne convertie au christianisme, mise à mort en 559. Sa Passion, rédigée en syriaque, n'a été conservée qu'en grec sous une forme abrégée.